4e dimanche de l'Avent, année B

Auteur: Delavie Bruno
Temps liturgique: Avent
Année liturgique : B
Année: 1996-1997

Souvent on raconte des histoires aux enfants, pour leur faire plaisir et pour les émerveiller, ou encore pour leur faire comprendre des choses très importantes. Et les enfants écoutent, ravis.

Parfois ces histoires ont vraiment existé, mais on invente des détails. On en rajoute pour faire joli, pour intéresser. Parfois aussi ces histoires sont inventées de toutes pièces, mais elles disent des choses très vraies et très sensées. Le fond de ces histoires est une réalité. En racontant ce qui est convenu d'appeler aujourd'hui "l'évangile de l'enfance", les deux premiers chapitres de Saint Matthieu et les deux premiers chapitres de Saint Luc nous font entrer dans le réel d'un événement qui s'est passé, il y a deux mille ans. : l'existence en Palestine d'un certain Jésus de Nazareth. A partir de quelque chose qui est vraiment arrivé, l'histoire nous dit des choses très importantes pour notre vie. Elle se présente à nous tout habillée de beauté, de poésie, par ceux qui ont mis leur joie à nous la raconter.

Aujourd'hui, ce que l'évangéliste Luc et la communauté chrétienne qui l'entoure veulent nous transmettre, c'est leur foi en Jésus de Nazareth. Ils le reconnaissent tous comme est vraiment l'envoyé de Dieu, le vrai messie attendu par les Israëlites depuis des siècles, le sauveur promis. Jésus est d'abord un homme qui a existé. Comme tous les hommes, il a été un enfant, un adolescent. Il est devenu un adulte. E a accompli un certain nombre de choses qui ont marqué les femmes et les hommes d'une époque située avec précision dans notre histoire humaine. Il est passé parmi nous en faisant le bien. En faisant cela, U a contesté, dans la société de son temps, les forces du mal. C'est pourquoi, il a été condamné et exécuté. Mais Dieu l'a ressuscité et aujourd'hui, il est vivant par son Esprit dans le coeur de ses disciples.

Cet homme Jésus, les premières communautés chrétiennes l'ont confessé comme étant le Fils de Dieu. Et cette affirmation de leur foi était en premier lieu fondée sur sa mort et sa résurrection. Ses disciples ont reconnu la manière extraordinaire dont H a vécu sa mort. Préférant donner sa vie, plutôt que de changer quoique ce soit au message d'amour dont il était porteur. Dieu ne l'avait pas abandonné au pouvoir de la mort. B l'avait ressuscité à la vie près de Lui. Jésus s'était manifesté vivant aux apôtres, à ceux qui furent témoins de sa résurrection. Mais les communautés chrétiennes racontaient aussi comment durant sa vie, Jésus avait pris la défense des humbles et de pauvres. Comment fi rendait courage à tous ceux qui étaient rejetés ou méprisés, Comment fi remettait les malades débout et les guérissait. Comment il accueillait les pécheurs. On se souvenait également de son enseignement et de ses paroles. Cela anima les premiers chrétiens à découvrir que Jésus ne s'était pas seulement manifesté comme Fils de Dieu durant sa vie publique, mais qu'en était en réalité depuis le premier instant de sa conception. C'est ainsi qu'aujourd'hui dans le récit de l'Annonciation, l'ange Gabriel révèle les véritables titres de Jésus : ."Fils du Très-Haut" "Il régnera sur le trône de David son père'.

Ainsi l'histoire de Noël, dans son langage imagé et coloré, nous dit à l'avance qui sera ce Jésus, venu de la part de Dieu apporter la paix entre les hommes. C'est lui le messie promis, le véritable descendant du roi David. Pour comprendre aujourd'hui le message de l'Annonciation, peut-être devons-nous faire référence à l'expérience d'une femme qui devient mère. Au premier moment, c'est probablement la surprise lorsque les règles sont interrompues et que les tests pratiqués sont positifs. Parfois, pour des femmes seules, les mères célibataires, ce peut-être le drame, la catastrophe. Mais particulièrement pour la femme dans un couple normal, cela devient très vite une joie profonde. peut-être la plus grande joie qu'une femme puisse éprouver. Partageant ce bonheur avec son mari, la femme sentira bientôt l'enfant bouger, vivre en elle ! Mais l'arrivée d'un nouvel être, change beaucoup les relations à l'intérieur du couple. Ils étaient deux, désormais, même avant la naissance, ils sont trois. Aujourd'hui, les méthodes font beaucoup pour associer le mari à l'évolution de l'enfant dans le sein de sa mère. On dit même que ces relations parentales influenceront son comportement plus tard, tellement les relations harmonieuses sont constitutives de la personnalité. Nous pouvons peut-être penser que le fiat de Marie, comme l'acquiescement de Joseph et leurs relations mutuelles ont aidé la formation de l'homme Jésus, du Fils de Dieu.

Contactez-nous

Merci d'indiquer clairement l'objet de votre demande

Merci d'indiquer à nouveau votre nom
Merci d'indiquer votre email Votre email n'est pas valide
Merci d'écrire un message